Des enseignants et travailleurs de plusieurs établissements universitaires d’Alger, notamment de l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene (USTHB) attendent encore leurs logements. 

Ces enseignants ont bénéficié de pré-affectations dans le cadre du programme 220 logements de Sebala à Draria, dont la réalisation avait été confiée à l’entreprise Batigec, reprise par la suite par le groupe Condor. 
Entamée voilà presque une décade, la réalisation de ces logements n’est pas encore achevée depuis 2009. Les travaux sont quasiment à l’arrêt et butent notamment sur un différend d’ordre contractuel entre la wilaya d’Alger et l’entreprise en charge. 

En raison de ce différend, les enseignants se retrouvent ballotés entre la wilaya d’Alger, l’entreprise de réalisation et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chaque partie rejetant la responsabilité sur l’autre. 

Une situation inconfortable pour ces enseignants dont certains ne peuvent plus bénéficier d’autres programmes de logements tels que la location-vente, car ayant dû se désister, et contraints de recourir à la location. Un problème que le département de Tahar Hadjar tarde à régler, par manque peut-être d’information ou de volonté, malgré les assurances développées par l’exécutif concernant l’octroi de logements au corps universitaire. 

C. B

Le Soir d'Algérie (13/07/2015)