Une lettre à charge des professeurs de l'ENSA (ex-INA) sanctionnés circule sous couvert d'anonymat. Ce document a été adressé à l'administrateur du blog pour qu'il soit publié. Voici le réponse que nous avons apporté à ces auteurs:

"Monsieur ou messieurs,

 Nous avons bien accusé réception de votre document-réquisitoire (fort détaillé) contre les professeurs sanctionnés. Ainsi, de graves accusations sont portées sous le seau de l’anonymat. En outre, certains passages touchent  à la dignité, l’honneur et la vie privée des personnes incriminées. Certaines assertions n’ont pas de relation directe avec l’affaire en question. Ainsi, en est-il de la question du voile du professeur Issolah qui place le débat à un niveau inacceptable pour des universitaires ouverts et tolérants. Les faits rapportés semblent accréditer la thèse d’un règlement de compte, ce que nous ne saurions accepter ni croire.

 A notre humble avis, il faut replacer l’affaire dans son contexte réglementaire. Cela se résume en deux points :

-  Aucun point des sanctions de 4ème degré ne concerne les accusations portées à l’encontre des trois professeurs.

-  Si diffamation il y a, cela relève du domaine de la justice.

Pour vous conforter dans certaines de vos affirmations, nous avons été du côté de M. Mekliche et contre l’acharnement de l’ancienne directrice. Nous partageons probablement plus d’amitié avec M. Khelifi qu’avec certaines personnes mises en cause. Mais, nous défendons un principe, celui de la justice. Nous sommes portés pas des valeurs de solidarité envers des collègues qui ne méritent pas une si triste fin de carrière.

 Ainsi, nous avons décidé de ne pas publier votre commentaire pour les raisons invoquées plus haut, mais également pour permettre un apaisement bénéfique à tous dès lors qu’un recours a été introduit par les professeurs sanctionnés. Nous restons à votre écoute dans le cadre d'un débat constructif.

 Cordialement"