Onze sur les quatorze enseignants chercheurs, exerçant à la faculté des sciences de la nature et de la vie relevant de l'université Ferhat-Abbas Sétif 1, ont adressé au recteur et au ministre de tutelle une pétition dans laquelle ils dénoncent les mauvaises conditions socioprofessionnelles. Ils s'insurgent particulièrement contre “la prise de décisions pédagogiques et scientifiques par un groupe restreint de la direction, se substituant ainsi aux instances universitaires réglementaires” ; l'affectation des modules d'une manière anarchique de la part de l'administration ; l’inscription d'anciens étudiants diplômés du système classique en mastères 1 et 2 sans consultation des chefs de spécialités et de filières ; la réduction du volume  horaire de toutes les matières sans exception loin de l'avis des chefs de spécialités ; la gestion aléatoire des collections animales et végétales...
Ils dénoncent, en outre,“l'étouffement de l'affaire des étudiants fraudeurs avec la complicité de l'agent de la salle de tirage. Nos responsables n'ont vu comme sanction que la mise à la retraite de l'agent en question et un simple passage en conseil de discipline sans aucune suite” et des sanctions infligées aux enseignants sans motif fondé.