A celles et ceux qui voit arriver la date fatidique du délai de soutenance de la thèse de doctorat et qui ne voit pas le bout du tunnel.

A celles et ceux qui stressent.

A celles et ceux qui n'en dorment plus la nuit.

A celles et ceux qui se remettent en cause.

A celles et ceux qui doutent.

A celles et ceux qui désespent.

A celles et ceux qui regrettent.

A celles et ceux qui se révoltent interieurement.

Le meilleur moyen d'échapper à tout cela est de réagir. A l'université de Bab Ezzouar (USTHB), il y a une lettre-pétition qui circule dans laquelle est demandée une prorogation du délai. Faîtes-en autant a votre niveau. L'action collective est porteuse. Il faut y croire. D'ailleurs, ils ne peuvent pas faire autrement que de proroger les délais, c'est un véritable casse-tête pour la tutelle.